Ses débuts dans l’historie 

 

Des traces d’une implantation très ancienne datant de l’ère magdalénienne (10.000 ans avant JC). Aux abords de Mazamet, près du village d’Aiguefonde, d’autres traces d’activités de cette période ont été découvertes dans les caves de Lacalm. D’autres preuves, remontant à la période néolithique, comme le nombre de monuments mégalithiques, éparpillé dans le paysage proche de Mazamet.

Une variété de tribus ibériques et de cultures ont eu un impact sur la région, et pendant une période, Mazamet faisait partie du territoire des Vougues. Pendant l’Antiquité, La Vallée du Thoré était devenue une route commerciale importante, et en partie, a aidé à relier deux villes romaines Narbonne (Narbo Martius) et Toulouse (Tolosa). Les romains ont construit la voie « Jamarié » qui relie Mazamet à Hautpoul qui est encore visible aujourd’hui et qui fait partie des différentes randonnées à la découverte de l’histoire et reliée à la nouvelle passerelle (2018).

C’est Hautpoul qui précède Mazamet en tant que communauté. L’Histoire et l’architecture montrent l’influence que les romains, wisigoths, cathares et Huguenots ont eu sur le petit village de montagne  pendant des siècles. En effet, le nom Hautpoul vient du latin « Altum Podium » (Haut Balcon) qui devint par la suite Altpol et plus tard Hautpoul.

Une certain nombre de légendes racontent que son nom vient d’un roi wisigoth, au nom de Athaulf, qui d’après l’histoire, aurait fondé la communauté en l’an 413. Légende ou réalité historique, l’importance stratégique d’Hautpoul ne fait aucun doute et entre le VIème et VIIIème siècle, il aurait été un poste fortifié important avec une perspective dominante sur les quatre vallées s’étendant plus bas (Thoré, Arnette, Linoubre et Arn). Hautpoul fut aussi un protectorat sur la voie albigeoise, une ancienne route à travers la Montagne Noire, entre Albi et Carcassonne. Le village était d’une importance cruciale au VIème siècle sous le règne du roi Childerbert Ier, à la frontière de la Septimanie wisigothe qui s’étendait le long de la crête de la Montagne Noire.

Le Moyen-Âge 

Pendant des siècles, Hautpoul abritait une petite communauté avec une industrie artisanale y compris le textile. Il était aussi d’une importance capitale pendant la période cathare comme lieu de protection où les persécutés trouvaient refuge. Le 11 avril 1212, après 4 jours de siège par Simon de Montfort, les remparts d’Hautpoul furent détruites, le village incendié et sa population s’enfuit. Des survivants ont emménagé dans la vallée aux bords de la rivière Arnette, rétablirent leur industrie du textile ; où la ville de Mazamet et son industrie principale, ont pris racine.

Hautpoul sera repris par Raymond IV de Toulouse en 1218 et la paix réapparut dans le village en même temps qu’il fut reconstruit. Toutefois, le carnage revint pendant les guerres de religion et une fois de plus, une grande partie du village sera détruite par les huguenots au XVème siècle.

Une fois de plus, après que l’Édit de Nantes mit fin aux guerres de religion, Hautpoul rebâtit sa communauté, mais il ne retrouvera plus ni ses remparts ni son importance défensive.

En 1462, en bas de la vallée, Mazamet avait déjà développé ses propres remparts et au XVIème siècle la population dépassait le nombre des 500 habitants. Le développement, avec comme centre le textile, la tannerie et la laine, s’accéléra.

Après le XVIIIème Siècle  

Les produits les plus anciens étaient des couvertures en laine, appelées « Cordelots ». En 1837, le premier métier à tisser Jacquard fut installé à Mazamet et son industrie se renforça encore plus. L’importance de la ville s’accrut mondialement par la qualité à la fois de son processus de production (aidé par les eaux vives et douces de la rivière Arnette qui étaient les sources énergétiques des usines et du lavage des peaux) mais aussi des produits finis. Les peaux de moutons, qui a l’origine venaient du Languedoc puis de l’Espagne, commençaient à se faire de plus en plus rares au milieu du XIXème siècle et cela a forcé les propriétaires des moulins à aller les chercher plus loin. Dès 1851, les premières peaux d’Argentine arrivèrent ce qui commença un grand commerce avec l’hémisphère sud (en particulier avec l’Argentine, l’Australie et la Nouvelle-Zélande) passant par les ports de Bordeaux et Marseille jusqu’à Mazamet en train. Á son apogée, plus de 100,000 tonnes de peaux par an arrivaient dans la ville (avec un record en 1912 qui a vu passer plus de 32 millions peaux de moutons!)

Les tanneries de Mazamet ont eu comme développement l’ingénieux procédé du délainage où en résultait un cuir de très bonne qualité et ensuite allait aux tanneries de la ville et du village de Graulhet. Ces peaux venant de différents pays, et donc de différentes races de moutons, ont permis à la ville de proposer une grande variété de laines adaptées aux différents marchés européens.

Dans les années 30, les bords de l’Arnette avaient une quarantaine de tanneries et le traitement de la laine/du cuir créa des nouvelles industries avec la création de nouveaux produits (chaussettes, écharpes, chapeaux & pulls) mais aussi la maroquinerie (manteaux, sacs à main, chaussures et portes-monnaie). Des produits dérivés ont aussi apparus dans le paysage industriel tels que la colle et les engrais biologiques.

La richesse qui en résultait était considérable (exceptionnellement partagée équitablement entre les protestants et les catholiques). Á son apogée, pendant les années 50, il y avait 26 banques et la Banque de France ouvrit et enregistra le 4ème plus gros volume commercial annuel en France.

Mazamet Aujourd’hui 

Dans les années 70, il y eut une diminution constante de l’industrie mazamétaine. Due en partie au développement des fabrications asiatiques mais aussi au développement des fibres synthétiques utilisées dans la confection des vêtements. Même si peu de tanneries sont encore en activité, Mazamet maintient encore sa réputation sur la qualité de son cuir et de sa laine. Des clients comme Louis Vuitton et Hermès fréquentent la ville, et la commune de La Richarde possède un certain nombre de boutiques vendant de la maroquinerie et des vêtements sur mesure.

The wealth created by the industries is still evident today by the beautiful bourgeois properties owned by factories owners & directors, many influenced in their design by South America where trading had taken place. 

La richesse créée par cette industrie est encore visible aujourd’hui avec ses magnifiques propriétés et maisons de maître appartenant aux propriétaires et directeurs des usines, beaucoup ont été influencées par des modèles sud-américains où le commerce avait lieu.

Les liens avec le monde entier sont encore visibles aujourd’hui avec les noms des rues comme par exemple « Rue de Buenos Aires, Rue de Sydney » et plein d’autres. Également, une plaque sur l’Hôtel de Ville venant du gouvernement australien reconnaît l’importance de ce commerce. Depuis la diminution de l’industrie des années 70, Mazamet cherche à se réinventer et se tourne vers l’avenir, avec à la fois la diversification de son industrie et le développement touristique due à son cadre naturel remarquable ; l’accès facile aux lieux touristiques et sa grande variété à moins d’une heure de route.

Les visiteurs peuvent entreprendre 2 visites auto-guidées dans le centre-ville qui raconte et explique l’Histoire de son passé industriel, mais aussi retrace les pas des romains montant au village d’Hautpoul le long du chemin forestier et sur l’impressionnante passerelle. L’ancienne ligne de chemin de fer qui apportait les peaux de moutons venant de Béziers a été transformée en une formidable piste cyclable. Les bâtiments industriels sont reconvertis pour des projets comme la nouvelle Halle (un lieu polyvalent pour les marchés et autres animations) et un certain nombre de maisons bourgeoises sont désormais des Chambres d’Hôtes de luxe.

Grâce à son riche héritage industriel, les habitants de Mazamet sont très bien équipés civiquement et communautairement et font l ‘envie des villes plus grandes. Avec un centre aquatique et une passerelle, un Palais des Congrès et le centre culturel l’Espace Apollo, une bibliothèque et un complexe cinématographique.

Les montagnes autours de Mazamet, avec le Lac des Montagnès, offrent un terrain de jeu pour les randonneurs, les VTTistes, les pêcheurs et les cavaliers. Hautpoul sera votre point de départ pour la découverte du Pays Cathare, anciens châteaux, villages et monuments éparpillés dans la Montagne Noire et au-delà. L’Office de Tourisme accueille les visiteurs pour découvrir à la fois le passé mais aussi le présent- ceci inclut un musée dédié à l’Histoire des cathares et son équipe accueille les visiteurs du monde entier avec toutes les informations possibles, des randonnées aux marchés.

La Passerelle, un pont suspendu liant Hautpoul aux ruines médiévales de l’Église de St Sauveur. Photo credit Ville de Mazamet/Autoprod81

Mazamet, ses habitants et ses commerces, seront heureux de vous accueillir pour la visite et la découverte en personne de notre héritage et de notre histoire.

Bienvenue à Mazamet !